Faits intéressants sur le conflit israélo-arabe

Il n'y a qu'un seul État juif et 60 pays musulmans.

Depuis plus de 3 000 ans, Jérusalem est la capitale juive. En 1099, les croisés fondèrent ici le royaume de Jérusalem. Cependant, déjà en 1187 Salah-ad-Din prit Jérusalem, et en 1291 la dernière forteresse des croisés, Akra, tomba. En 1260, la Palestine passa aux mains de la dynastie mamelouke. Même lorsque les Jordaniens occupaient Jérusalem, ils n'avaient pas l'intention d'en faire leur capitale et les dirigeants arabes ne sont jamais venus la visiter.

Jérusalem est mentionnée plus de 700 fois dans le Tanakh, la Sainte Écriture hébraïque, mais elle n'est jamais mentionnée dans le Coran.

Les juifs prient face à Jérusalem. Les musulmans prient le visage à la Mecque (souvent le dos à Jérusalem).

En 1854, les Juifs représentaient les deux tiers de la population de la ville sainte.

En 1922, les Juifs ont été interdits de s'installer dans près de 77% des territoires palestiniens.

Résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies n ° 181/11 du 29 novembre 1947, qui donnait aux Juifs le droit de créer leur propre État, n'a pas été reconnue par les pays arabes et n'a pas été mise en œuvre par eux, sept États arabes ont immédiatement déclaré la guerre contre Israël . Depuis la fin de la guerre israélo-arabe de 1947-1949. et jusqu'en 1967, Israël a été constamment attaqué par des militants palestiniens ("fedayeen") des territoires occupés par l'Égypte et la Jordanie, à la suite de quoi plus de 450 de ses citoyens ont été tués

850 000 réfugiés juifs ont été contraints de fuir les pays arabes en raison de persécutions et de pogroms.

Sous la domination jordanienne, les lieux saints juifs ont été profanés, 58 synagogues à Jérusalem ont été détruites et les juifs et les chrétiens se sont vu refuser l'accès aux lieux saints. Sous la domination israélienne, tous les lieux saints musulmans et chrétiens ont été préservés et étaient ouverts aux personnes de toutes confessions.